Texte, livre, marchandise – Le traduire comme transfert de socialité : le cas des trois Corées

Conférence de Patrick Maurus

10 décembre 2021 11h-13h 

BULAC, salle RJ.24

65 rue des Grands Moulins, Paris 75013

et sur Zoom

 ABSTRACT. S’il existe des questions internationales sur la traduction, les déterminations locales restent premières et, trop souvent, négligées par le système éditorial, ce qui aboutit à nier la coréité (par exemple) des textes. La question-constat de fond est l’homologie entre la négation des contingences locales (économiques: vendre en se soumettant à des normes internationales) et la négation de la coréité des textes. 

BIO. Patrick MAURUS, prof. émérite de langue et littératures coréennes à l’Inalco, directeur des Lettres coréennes chez Actes Sud, président de revuetangun.com, traducteur, auteur de Histoire de la littérature coréenne, Ellipses, 2005, Un Cheminement vagabond, Nouveaux entretiens sur la sociocritique, avec Cl. Duchet, Champion, 2011, Shakespeare a mal aux dents, avec Marie Vrinat-Nikolov, Inalco, 2018, Les trois Corées, Hémisphères, 2019, Dictionnaire coréen, avec Younès M’ghari, Ellipses, 2019. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florence Zhang (5 novembre 2021). Texte, livre, marchandise – Le traduire comme transfert de socialité : le cas des trois Corées. Pratiques trans-linguistiques : du rôle social de la traduction en Asie orientale à l’époque moderne. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://translingua.hypotheses.org/109


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search